Memento 2016

2016, annus horribilis ?

Afin de sortir de cette bulle de pessimisme, tentons de contrer les biais de confirmation par une petite liste des choses sympathiques qui me sont arrivées en 2016 :

  • Vu Carpenter Brut et Dead Letter Circus en concert !
  • Fait plein d’escape rooms
  • Donné un super concert sous la houlette de Fabrice
  • Repris le JdR (Cthulu) et fait mes premières parties avec Camille (pas Cthulhu)
  • Engagé une sérieuse remise en question de mon avenir professionnel
  • Couru le Paris Versailles
  • Passé un superbe week-end en amoureux à Beaune
  • Réussi à voir mes potes assez régulièrement malgré la distance
  • Découvert l’escalade
  • Découvert des super trucs en musique : le dernier album de Metallica,  le dernier album de Gojira, Algorithm,
  • Passé des vacances magnifiques
  • Got inked…
  • Participé à l’incroyable BOLERO PROJEKT de Fabien
  • Appris à reconnaître les constellations dans le ciel.

Et si je ne gardais que ça en mémoire ?

La bulle

Il y a quelques années, je vous avais parlé de Eli Pariser, qui a été un des premiers à nous alerter sur le danger des « bulles de filtres » : le fait que les informations qui s’offrent à nous sont aujourd’hui sélectionnées par des algorithmes complexes, qui tendent à conforter nos opinions, nos croyances, tout en excluant les avis contradictoires qui nous auraient permis d’élargir notre perception du monde.
Au final, on ne voit plus que ce qui nous fait plaisir, ce qui nous rassure, dans un cercle vicieux provoquant un dangereux isolement.

Dangereux ? Oui, dangereux… car c’est probablement à cause de cela que personne n’a vu venir l’élection de Trump. Comme l’avait annoncé Michael Moore plusieurs mois avant : «Vous vivez dans une bulle, une grande caisse de résonance capable de vous convaincre, vous et vos amis, que les Américains n’éliront pas un idiot comme président».

Car à la limite, on pourrait se dire que c’est le droit de chacun de vivre dans sa bulle… mais le problème se pose lorsque ce sont les médias et les politiques qui en sont les victimes. Comme le relatait Le Monde Diplomatique : «la plupart des électeurs protestataires résident souvent fort loin des grands centres de pouvoir économique, financier, mais aussi artistique, médiatique, universitaire. New York et San Francisco viennent de plébisciter Mme Hillary Clinton ; Londres s’est prononcé massivement contre le « Brexit » en juin dernier ; il y a deux ans, Paris reconduisait sa municipalité de gauche à l’issue d’un scrutin national triomphal pour la droite». Quelle dissonance !

Plus encore, cette bulle n’est pas un phénomène limité à ce que nous lisons sur internet, elle est aussi économique, sociale, culturelle et géographique. Si vous voulez vous en convaincre, je vous invite à faire ce « test de la bulle » en quelques questions : http://www.slate.fr/story/129419/vivez-vous-bulle#Passerletest

Moralité : sortez de votre zone de confort, confrontez vos certitudes, questionnez vos convictions !

Je vous invite par ailleurs à revoir l’allocution TED Talk de Eli Pariser (2011) :

Compte rendu oenologique – été 2016 – Gaillac

Cette année j’ai eu la chance de me rendre à la dégustation « De Vert en Verre » organisée par le militant Plageoles, et rassemblant la poignée de producteurs Gaillacois adeptes du bio & naturel : Causse Marines, Brin, Enclos des braves, Ramaye, Peyres-Roses, Mayragues, et bien entendu Plageoles… des noms largement déjà cités dans mes précédentes dégustations. Ce jour là ils étaient tous réunis au Musée « inVINcible VIGNEron » qui déjà en soi vaut le détour par sa très impressionnante collection personnelle d’objets liés au vin. Ensuite, cela m’a permis de déguster plein de trucs :

1. « La Combe d’Aves« , Domaine de la Ramaye (Michel Issaly), 2009
50% Duras, 50% Braucol
Un des producteurs les plus marqués « naturel » : beaucoup d’aromes typiques, du tertiaire, beaucoup de matière. Ca ne plait pas à tout le monde, mais Michel Issaly s’en fout 🙂2016-06-30-20-42-40

2. « Syrah« , Domaine Plageoles, 2015
Une cuvée récente me semble-t-il, simple (100% Syrah), qui laisse belle place au fruit, toujours sur une belle matière. Un vin de plaisir simple.
img_20160723_203349

3. « L’enclos des Braves » (Chantal et Nicole Lebrun), 2014
80% Braucol, 20% Prunelard
Un vin très tanique typique de ces 2 cépages locaux. Un nez en retrait mais une bouche ample sur les fruits noirs et épices.
img_20160727_141044

4. « L’Aoutouno« , Chateau de Salettes, 2013
Gaillac Doux, plutot bien réalisé, bel équilibre avec une bonne acidité résiduelle
img_20160727_141333

5. « Clos Rocailleux« , 2012
100% Mauzac blanc (sec)
Joli nez de fruits jaunes, mais bouche peu complexe. Sympathique.
img_20160729_124501

6. « L’antidote« , Domaine Peyres Roses, 2015
40% Loin de l’oeil, 40% Mauzac, 20% Muscadelle
img_20160730_201645

7. « L’authentique Mauzac« , Domaine de Brousse
100% Mauzac
Gaillac Mousseux – la plus ancienne méthode d’élaboration des vins effervescents.
img_20160731_130958

8. « Mauzac Nature« , Domaine Plageoles, 2015
Gaillac Mousseux. Très frais et très fruité, parfait en apéritif.
img_20160802_201848

9. « Cuvée Mélanie« , Mas Pignou, 2010
Braucol, Merlot, Cabernet Franc, Duras
J’essaie d’éviter les Gaillac assemblés avec des cépages bordelais, mais c’était plutôt réussi. Très belle matière et joli nez
img_20160731_132534

10. « Le vin de l’oubli« , Vin de France (Michel Issaly), 2004
Un truc assez fou : M. issaly a décidé de faire du vin à la manière des vins jaunes du Jura : totalement oxydatif, arômes de noix, légère amertume. C’est très bien fait ! (mais ça va énerver les Jurassiens…)
2016-08-04-18-16-52

Onkalo : l’ultime héritage de notre civilisation

Onkalo est un tombeau, et ce sera probablement l’ultime héritage que notre civilisation laissera derrière elle. Et tout comme les Égyptiens le firent avec leurs pyramides, nous mettons tout en oeuvre pour que personne n’ose, ne tente, ne parvienne à  exhumer ce que nous allons y cacher… pendant 100 000 ans !

Onkalo (« cave » en finnois) est un site finlandais d’enfouissement des déchets nucléaires. Des travaux gigantesques : 5 kilomètres de galeries plongeant 500 mètres sous terre ! Commencé en 2004, il sera rebouché et scellé en 2120, lorsque tout le combustible aura été entreposé.

En 2010 est sorti le film documentaire Into Eternity, réalisé par le danois Michael Madsen. Il pose les questions de l’élimination des déchets radioactifs sous l’angle de la temporalité, impliquant une responsabilité millénaire.

Sur la forme j’ai trouvé ça plutôt pénible : une réalisation amateur, des plans trop longs et trop lents. Mais sur le fond c’est incroyable! Ce projet est hallucinant, tant par sa démesure que pour ce qu’il représente. Les questions qu’il pose et les projections sur le futur qu’il impose sont vertigineuses et relèvent autant de la science que de la philosophie.

Merci à Renart pour m’avoir fait découvrir ce film.

NB : La France possède un projet similaire : Cigéo

Et finalement, je ne peux m’empêcher de faire le lien avec 4 œuvres majeures :

  1. La nuit des temps, de Barjavel, que je ne veux pas spolier pour ceux qui ne l’ont pas lu.
  2. le jeu de rôle Bloodlust avec la Cité naine « Thurstone » construite dans les souterrains menant à Pôle :
    http://www.leludiste.fr/bloodlust/press/classic/2012/07/04/thurstone-la-gare-du-nord/
    La ressemblance est troublante ! D’autant qu’un matériau « radioactif » est aussi présent dans cette histoire !
  3. Le Seigneur des anneaux et les mines de la Moria, où les nains ont creusé trop profond « The Dwarves delved too greedily and too deep, and woke the nameless fear« . On se projette là plutôt du coté de ceux qui ont creusé ensuite… sans savoir…
    http://xkcd.com/760/
  4. Et puis Akira, avec ce secret enfoui et protégé, que personne ne doit réveiller pour la sécurité de tous. Akira est d’ailleurs une allégorie pleinement assumée de la bombe atomique.

 

Paroles de Fromagers

Hier j’étais invité à une dégustation et formation en caséologie… comprenez « fromages » chez Paroles de Fromagers.

Cela se passe dans le magnifique quartier du Marché des Enfants Rouges, dans l’arrière boutique de la fromagerie Jouannault, et la séance menée par Pierre Brisson, un véritable passionné qui nous a fait découvrir sa cave d’affinage, les différentes variétés de fromages et les méthodes pour les obtenir. Nous avons ensuite dégusté une série d’entre eux, accompagnés de deux vins aux accords soignés.

Une très belle expérience !4212016181344