Le Gin

J’ai eu l’occasion de rencontrer Colin Field, célèbre barman en chef du Ritz  au Bar Hemingway, qui m’a dit : « La découverte des cocktails est un pèlerinage qui s’achève avec le Dry Martini« , et je crois que je touche au but !

Comme beaucoup, j’ai longtemps détesté le gin, cet alcool aux relents d’éther et à l’impitoyable amertume qui le relèguent souvent à une appréciation tardive. Et comme souvent, la dégustation d’un alcool nécessite une approche qualitative : on apprécie rarement un spiritueux par l’entrée de gamme ; le gin probablement plus encore ! Oubliez donc les Gordon’s et autres Beefeater pour tenter des choses plus travaillées.

Après le gin belge, le gin allemand (Monkey 47), puis le Gin parisien (la distillerie de Paris), j’ai découvert le Gin Normand :

« Le Gin », par Christian Drouin. Initialement producteur de calvados, C. Drouin a décidé d’appliquer ses méthodes de distillation d’eaux de vies et ses petits alambics à repasse pour travailler la genièvre. Le résultat est très surprenant: un gin très frais aux arômes de gingembre et de pommes, qui rappelle immanquablement des notes de Calvados. C’est excellent, au point qu’on culpabiliserait presque d’y ajouter le vermouth dry… à la manière de Winston Churchill, qui avait d’ailleurs affirmé : « Le gin a sauvé plus de vies et d’esprits anglais que tous les docteurs du pays« . A bon entendeur.

Compte rendu oenologique – été 2016 – Gaillac

Cette année j’ai eu la chance de me rendre à la dégustation « De Vert en Verre » organisée par le militant Plageoles, et rassemblant la poignée de producteurs Gaillacois adeptes du bio & naturel : Causse Marines, Brin, Enclos des braves, Ramaye, Peyres-Roses, Mayragues, et bien entendu Plageoles… des noms largement déjà cités dans mes précédentes dégustations. Ce jour là ils étaient tous réunis au Musée « inVINcible VIGNEron » qui déjà en soi vaut le détour par sa très impressionnante collection personnelle d’objets liés au vin. Ensuite, cela m’a permis de déguster plein de trucs :

1. « La Combe d’Aves« , Domaine de la Ramaye (Michel Issaly), 2009
50% Duras, 50% Braucol
Un des producteurs les plus marqués « naturel » : beaucoup d’aromes typiques, du tertiaire, beaucoup de matière. Ca ne plait pas à tout le monde, mais Michel Issaly s’en fout 🙂2016-06-30-20-42-40

2. « Syrah« , Domaine Plageoles, 2015
Une cuvée récente me semble-t-il, simple (100% Syrah), qui laisse belle place au fruit, toujours sur une belle matière. Un vin de plaisir simple.
img_20160723_203349

3. « L’enclos des Braves » (Chantal et Nicole Lebrun), 2014
80% Braucol, 20% Prunelard
Un vin très tanique typique de ces 2 cépages locaux. Un nez en retrait mais une bouche ample sur les fruits noirs et épices.
img_20160727_141044

4. « L’Aoutouno« , Chateau de Salettes, 2013
Gaillac Doux, plutot bien réalisé, bel équilibre avec une bonne acidité résiduelle
img_20160727_141333

5. « Clos Rocailleux« , 2012
100% Mauzac blanc (sec)
Joli nez de fruits jaunes, mais bouche peu complexe. Sympathique.
img_20160729_124501

6. « L’antidote« , Domaine Peyres Roses, 2015
40% Loin de l’oeil, 40% Mauzac, 20% Muscadelle
img_20160730_201645

7. « L’authentique Mauzac« , Domaine de Brousse
100% Mauzac
Gaillac Mousseux – la plus ancienne méthode d’élaboration des vins effervescents.
img_20160731_130958

8. « Mauzac Nature« , Domaine Plageoles, 2015
Gaillac Mousseux. Très frais et très fruité, parfait en apéritif.
img_20160802_201848

9. « Cuvée Mélanie« , Mas Pignou, 2010
Braucol, Merlot, Cabernet Franc, Duras
J’essaie d’éviter les Gaillac assemblés avec des cépages bordelais, mais c’était plutôt réussi. Très belle matière et joli nez
img_20160731_132534

10. « Le vin de l’oubli« , Vin de France (Michel Issaly), 2004
Un truc assez fou : M. issaly a décidé de faire du vin à la manière des vins jaunes du Jura : totalement oxydatif, arômes de noix, légère amertume. C’est très bien fait ! (mais ça va énerver les Jurassiens…)
2016-08-04-18-16-52

Paroles de Fromagers

Hier j’étais invité à une dégustation et formation en caséologie… comprenez « fromages » chez Paroles de Fromagers.

Cela se passe dans le magnifique quartier du Marché des Enfants Rouges, dans l’arrière boutique de la fromagerie Jouannault, et la séance menée par Pierre Brisson, un véritable passionné qui nous a fait découvrir sa cave d’affinage, les différentes variétés de fromages et les méthodes pour les obtenir. Nous avons ensuite dégusté une série d’entre eux, accompagnés de deux vins aux accords soignés.

Une très belle expérience !4212016181344

Dégustations 2016

image

Allez, on reprend les compte-rendus de dégustations pour 2016.

  1. Canto Perlic « petit prestige » 2010 (Gaillac) : La seconde cuvée du « Prestige » découvert l’année dernière (comme quoi j’en découvre encore…) et que je classe parmi les très bons.Cépages: Syrah, Braucol.
    http://www.cantoperlic.com/
  2. Cuvée du Papy 2007 (Saint Joseph, par Stéphane Montez) : un Saint-Joseph élégant : arômes de violette an nez, beaucoup de rondeur et de finesse en bouche. A boire pas trop frais afin qu’il s’exprime correctement.Cépages: 100% Syrah
    http://www.montez.fr/fr/CuveeduPapy.htm
  3. Chateau Gléon – ad Clivum 2011 (Corbières). J’aime bien le Corbières : méconnu ou souvent conspué – à juste titre – mais comme partout il y a des producteurs qui décident de limiter le rendement et de faire parler la terre. Celui-ci en fait partie et nous offre un rouge au nez puissant sur les fruits noirs. La bouche est généreuse : beaucoup d’intensité, équilibré avec une pointe de minéralité.Cépages: Syrah (60% ) , Grenache Mourvèdre (10% ) et Carignan ( 30% )
  4. La Caille 2008 (Condrieu – Domaine Pichat). Bon là on rentre dans l’affect… le Condrieu et moi c’est une grande histoire d’amour. Je n’ai pas été déçu : d’incroyables arômes de miel, équilibré par une belle minéralité. Pas trop opulent et donc très facile à boire.Cépages : 100% Viognier
    http://www.domainepichat.com/DomainePICHAT/Les_Cuvees.html

Vacances œnologiques 2015. Épisode 4

image

Dernier compte rendu des vacances avec le Domaine que j’ai préféré en Corse : Petra Bianca , en AOC Corse Figari.
http://www.petra-bianca.com/

– Prestige Rouge, 2012
Cépages : Sciacarellu 50 %, Niellucciu 40 %,  Syrah 10 %
Bio.
Nez de fruits rouges mûrs, réglisse. Bouche puissante et ample, une très belle matière soyeuse et gourmande.

– Prestige Blanc, 2014
Cépage : 100 % Vermentinu
Bio.
Nez puissant et très floral
Bouche vive et ample. Fruits blancs. Gras en bouche, Des notes de noisette.

C’est fini pour ces comptes rendus estivaux 2015. Maintenant je reprends le sport pour éliminer tout ça 😉

Vacances œnologiques 2015. Épisode 3

image

Changement de région, changement d’appellations : et maintenant, la Corse !

– Clos Culombu, blanc, 2014.
Cépages: 100% Vermentinu
Un de mes favoris, tant en blanc qu’en rouge.
Un blanc très gourmand. Arômes d’agrumes et de fruits blancs. Notes mentholées. Bouche toute en rondeur et de gras.

– Clos Culombu, rouge, 2014.
Cépages : Nielluciu 50%, Sciacarellu 30%, Syrah 10%, Grenache 10%
Nez riche, fruits rouges confiturés. Bouche sur les mêmes notes, ronde et riche, ample, sur le fruit.
http://www.closculombu.fr/

– Domaine Gentile, blanc, 2013.
Patrimonio
Cépages: 100% Malvoisie. Bio.
Nez fruité et floral, bouche vive et ample à la fois.
http://www.domaine-gentile.com/

– Domaine de Torraccia, rouge, 2012.
Cépages: Niellucciu, Sciaccarellu, Grenache et Syrah. Bio.
Beaucoup d’élevage marqué au nez, confirmé en bouche. Étonnement assez léger et fin, similitudes avec du Pinot Noir de Bourgogne. C’est probablement celui qui m’a le moins plu.
http://www.domaine-de-torraccia.com/

– Domaine Fiumicicoli, blanc, 2014.
Sartène.
Bel équilibre entre les fruits blancs et la minéralité.

Vacances œnologiques 2015. Épisode 2

image

Suite des dégustations estivales, toujours en pays tarnais.

Mauzac vert, 2014, par Robert et Bernard Plageoles. Incontournable. Sec, ample, légère amertume agréable.

Causse Marines, 2014, par Virginie Maignien et Patrice Lescarret. Vif et tendu, légère oxydation mais agréable.

Clos Rocailleux, 2012. Un 100% Mauzac là encore, mais moins équilibré que celui de Plageoles.

La vie en Rosé, 2014, Domaine de Brin, par Damien Bonnet. Un petit rosé agréable, fruité. Je ne suis pas assez amateur pour juger de sa qualité.

Vacances œnologiques 2015. Épisode 1

image

Premier compte-rendu de dégustation des vacances 2015.
Au programme, du Gaillac (forcément), mais pas que…
– Mas Pignou : Gaillac de base, qui n’a d’intérêt que sa proximité géographique avec Castelnau de montmiral.
– Brin de Folie (2014) : cuvée rigolote du Domaine de Brin (Damien Bonnet), que j’adore. Il fait là un rosé doux 100% Cabernet-sauvignon, gourmand, aux notes de fraise, parfait à l’apéro !
http://www.domainedebrin.com/vins/brin-de-folie/
– Canto Perlic (2012) : Gaillac découvert cette année. Très bien réalisé. Cépages: syrah, braucol, merlot.
http://www.cantoperlic.com/CPF/html/nos_vins.html
– Château Siran (2003) : Margaux, très joli, tanins bien fondus. Infidélité au Gaillac, mais ça valait le coup 🙂